Article - Histoire Ecriture
L’histoire de l’écriture
7 décembre 2017
Article_MainsPapillons
Nos enfants sont-ils trop exposés aux écrans : le phénomène des mains papillons
21 décembre 2017

Le bon outil pour écrire, quel lien avec l’orthographe ?

Article_BonOutilPourEcrire

Douleurs, crispations, lettre cursive (« attachée ») à former correctement… Nos enfants sont plus concentrés sur l’acte d’écrire que sur le sens et l’orthographe des mots qu’ils écrivent. La dernière enquête Pirls (Progress in International Reading Literacy Study, – Programme International de Recherche en Lecture Scolaire), qui vient de sortir en ce début décembre 2017, classe l’Hexagone dans le peloton de queue en Europe : 34ème sur les 50 pays passés au crible. Pire, la France est la seule —avec les Pays-Bas— à régresser depuis 2001 ! Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Education Nationale a rappelé les mesures déjà engagées pour redresser la barre et notamment le dédoublement des CP et CE1 dans les quartiers les plus défavorisés. Il souhaite aussi instaurer une dictée quotidienne. Lecture, dictée, écriture manuscrite : quel est le rapport ? En fait, tout est lié. L’Atelier STABILO fait le point.

De l’écriture à la lecture : l’orthographe, clé de voûte de la communication écrite

Si la nécessité d’une orthographe commune ne fait pas débat, sa simplification est un sujet qui revient souvent. Véritable pont entre écriture et lecture, l’orthographe permet que tous comprennent le même sens derrière la phrase, ce que ne permet pas l’écriture inspirée de la phonétique (des sons) utilisée naturellement au début de leurs apprentissages par les enfants et de plus en plus souvent par des ados, et même les adultes avec la fameuse « écriture sms ».

L’orthographe a donc encore de beaux jours devant elle : pour se comprendre, on ne peut pas écrire « comme on veut ». Notre langue est complexe, c’est un fait, mais il faut faire avec…

Et si bien orthographier, c’était d’abord écrire avec aisance pour lire avec plaisir
 ?

L’apprentissage de l’orthographe est l’exemple-type de la pratique pédagogique : la répétition engendre la mémorisation et l’acquisition de la compétence. C’est en effet principalement en travaillant la mémoire des mots et des configurations de lettres que l’enfant acquiert son aisance orthographique, jusqu’à percevoir intuitivement la forme qu’il doit prendre.

Un exercice fastidieux que les parents ou l’enseignant peuvent rendre plus facile en s’assurant qu’il se fait dans un maximum de confort et de jeu. Apprendre à écrire, apprendre à lire, apprendre l’orthographe d’un mot : tout est lié, et c’est donc forcément complexe…

Quelques conseils !

Confort dans l’écriture : alors qu’ils apprennent les règles orthographiques, les enfants luttent toujours avec la position de leur main et leur aisance à former tout simplement les lettres sur la feuille. Souvent crispés sur leur stylo, ils peuvent même avoir mal aux doigts. Mettre un bon matériel d’écriture, ergonomique et facilitant le geste d’écrire dans sa trousse, permettra à l’enfant de se concentrer sur l’objet de son travail sans avoir de douleur physique. C’est aussi indispensable que l’ergonomie de votre siège de bureau… si vous avez mal au dos, vous aurez du mal à vous concentrer sur le dossier de Mr Cliansuperimportan (vous avez eu du mal à lire ? normal :–))

Image Ecole

Du jeu dans l’exercice :

  • Bien sûr, vous ne couperez pas à la dictée, celle que notre ministre veut rendre quotidienne. Mais la dictée peut-être ludique ! choisissez par exemple le résumé du prochain film que vous irez voir avec votre enfant s’il fait moins de x fautes.
  • Montrez lui combien la formation des mots est la clé de la compréhension entre les hommes, en observant les langues utilisant un autre alphabet. Faites- lui découvrir des anecdotes sur l’histoire de l’écriture, les hiéroglyphes et des jeux en cliquant ici : Jeux écriture
  • Pratiquez la dictée à l’adulte : inversez les rôles et demandez à votre enfant de vous lire un texte complexe que vous tenterez d’écrire sans fautes. Il prendra le rôle ardu de correcteur ! Les enfants adorent : succès garanti.
  • Pour l’apprentissage des mots, utilisez toutes ses mémoires : à découvrir sur notre article « l’heure des premières dictées ».

fotolia_62217184

Les difficultés des enfants en orthographe, témoins d’une langue complexe


Dans un ouvrage sorti en 2007, « Orthographe, à qui la faute ? », Danièle Cogis et Danièle Manesse jetaient un pavé dans la marre en démontrant – au travers d’une étude scientifique- la baisse dramatique du niveau en orthographe des élèves français. Un chiffre parle plus que les autres : en 20 ans, le nombre d’élèves faisant moins de 6 fautes dans une dictée de 83 mots a été divisé par deux[1]. Les dernières évaluations de CM2 vont également dans ce sens.

Il faut dire que l’orthographe française est l’une des plus difficiles au monde, truffée de pièges, de règles et bien sûr… d’exceptions. A 3-4 ans, les enfants distinguent déjà l’écriture du dessin. Ils savent reconnaître un mot dans sa globalité même si une lettre manque, cela leur paraît facile. Vers 5-6 ans, ils entrent dans la phase alphabétique : ils apprennent à faire correspondre des séquences de lettres avec des séquences de sons ou phonèmes. Tout serait simple si l’un et l’autre correspondaient exactement dans une forme graphique unique. Mais en Français, ce n’est la plupart du temps pas le cas, la faute à nos « sons muets ».
Notre langue est particulièrement complexe (avec un « om ») et rendre l’écriture fluide et agréable, c’est pouvoir se concentrer sur sa complexité. Les produits de la gamme STABILO EASY Start existent en crayons graphite, crayons de couleurs, roller et porte-mines et libèrent l’écriture ! Les glisser dans leur trousse peut vraiment être un atout à avoir en mains ! Pour en savoir plus : http://blog.stabilo.fr/produits/

[1] (base de l’étude : 3000 élèves de 10 à 16 ans en 2005 comparé au niveau d’élèves du même âge en 1985).