Lettres-a-gratter
Atelier des lettres magiques (à gratter)
23 novembre 2015
Sans-titre-1
Apprendre autrement : les fractions à l’aide de briques « Légo »
22 janvier 2016

Comment tirer parti de sa mémoire ?

enfants avec crayons de couleur
La mémoire est une faculté très complexe et nous n’avons jamais trouvé l’endroit exact où elle se loge dans le cerveau. Elle semble être contenue dans la moindre cellule grise. L’information est enregistrée par le cerveau, selon le type de mémoire qu’il a détecté : visuelle, auditive, motrice, et même tactile, olfactive et gustative. Pour bien apprendre et réviser, il est important de détecter comment fonctionne la mémoire de votre enfant.  A l’école, l’enseignant doit prendre en compte la collectivité et les différences de chaque enfant. Il doit donc mettre en œuvre en même temps les capacités de mémoire visuelle (avec un dessin, une photo), de mémoire motrice (en faisant écrire) et de mémoire auditive (en expliquant la leçon, et en faisant répéter les enfants lors de la conclusion).  Le problème ou la richesse de cette mémoire, c’est que chaque enfant ou adolescent est différent. Et que l’on se découvre souvent tardivement plutôt visuel que moteur ou vice et versa (ou les deux !). Découvrir très tôt sa différence, exploiter toutes « ses » mémoires, c’est gagner en efficacité très tôt. Dès 6 ans, vous pouvez détecter chez votre enfant son « mode d’emploi ». Et l’aider à réviser et à apprendre. Décodage !

Il est « photographe » ?

S’il retient plus facilement un visage qu’un nom, s’il est capable de retrouver enfant avec un appareil photo mémoire visuelleson chemin lorsqu’il traverse des lieux où il est déjà passé, si pour retenir, comprendre, expliquer il utilise des schémas ? si des mots en couleur, des pièges d’orthographe avec un petit coup de STABILO BOSS sont vite appris ? Alors il est plutôt photographe. Dans ce cas, pour l’aider à réviser au mieux, jouez sur la couleur et le croquis !

  • Apprenez-lui à traduire ses cours en tableaux, en schémas ou en croquis. Usez et abusez du mind mapping (DOSSIER PEDAGOGIQUE MIND MAP).  Il pourra aussi réviser son cours d’histoire avec une chronologie ou une problématique d’économie avec de superbes graphiques. Sa mémoire va « photographier » le tout. Ensuite, sur place (interro, examen), il « développera » mentalement le cliché.
  • Tout petit, dès qu’il sait lire, il peut surligner au Stabilo Boss ses mots de dictée en trouvant les pièges d’orthographe.
  • En cours, lorsqu’il prend des notes, il pourra faire ressortir le plan de manière visuelle ainsi que les éléments importants une fois rentré à la maison : souligner, surligner, entourer, utiliser des couleurs…
  • Pour ses fiches de révision, il usera et abusera des effets visuels.
  • Pour vos ranger ses dossiers ou organiser son agenda, ce sera par couleur… et plus simple de retrouver ses cours d’histoire (rose) et de SVT (bleu).
  • Et demain, dans sa vie professionnelle, il saura distinguer le dossier Superbizness (vert) du projet TopPrix (bleu) et à lui la redoutable efficacité.

Il est « acteur » ?

Vous lui avez déjà dit que s’il connaissait ses leçons comme il retient les

chansons, il serait largement premier de la classe. Il est déjà capable de enfant avec un micro mémoire acteurretracer une conversation sans savoir qui lui a dit
ça… alors il est plutôt acteur. A vous les lectures à voix haute (quand il est petit) et à lui quand il sera plus grand d’employer la méthode !

  • Apprenez-lui à réviser et à relire ses cours ou ses fiches en les lisant à voix haute. Si ce n’est pas possible (votre sœur veut l’étrangler) il pourra articuler mentalement.
  • Pour les plus petits, à l’école primaire, il répétera après vous des mots (en les épelant), ses tables de multiplication… il répondra à vos questions lorsque vous l’interrogerez sur sa leçon.
  • Au collège, au lycée, il pourra réviser en reprenant toutes ses leçons en traduisant l’ensemble (plan, sous-parties, conclusion) dans son propre vocabulaire. Et là encore le mind mapping (DOSSIER PEDAGOGIQUE MIND MAP) pourra être très efficace. Il aura exprimé visuellement ses cours et révisera oralement.

Il est réalisateur ?

Il a besoin de « copier », sa mémoire est motrice : il est plutôt réalisateur !enfant coloriant une carte

Il est tête en l’air, ne se souvient jamais de la route pour aller chez son copain Romain alors qu’il y est allé plusieurs fois. Et ne retient pas ce qu’on lui dit. Mais il lui suffit d’écrire un numéro de téléphone pour le retenir, d’écrire un mot pour le connaître. Pour comprendre une leçon, il a besoin de se projeter voire d’expérimenter l’action. Alors à lui le crayon et les fiches

  • Faire des fiches va déjà lui permettre d’enregistrer une partie de vos leçons. Lorsque ces mémos sont faits, il lui faudra encore certainement prendre en notes. Résumer l’essentiel de ce qu’il a appris en une phrase de synthèse en couleur pour chaque feuille A4 de cours par exemple. Inutile de recopier quinze fois son cours non plus !
  • Le mind mapping (DOSSIER PEDAGOGIQUE MIND MAP) va aussi lui permettre de copier et d’organiser son cours et sa pensée !
  • Pour les plus jeunes, le « copiage » est le moyen le plus fiable pour retenir vocabulaire et orthographe. Proposez lui d’utiliser des STABILO point 88 pour mettre de la couleur !

Ce type de mémoire paraît de prime abord beaucoup plus « poussive » que les deux autres… mais la mémoire, cela s’entraîne et si la sienne est plutôt motrice et qu’il entraîne ses autres « mémoires », il va vite faire des progrès foudroyants. Écrire une seule fois un poème suffit à bien des « réalisateurs » pour le savoir par cœur, faire soi-même l’expérience ou le mind mapping permet immédiatement d’intégrer la leçon.

A vous de « jouer » !