Sans-titre-1
Cet été j’écris des cartes postales !
25 juillet 2017
Sans-titre-1
Atelier cycle 1 : les couleurs de l’automne
10 novembre 2017

C’est l’heure des devoirs ! (et ce n’est pas une punition)

SSS

En cette rentrée scolaire 2017, le sujet des devoirs à la maison revient en force : le nouveau Ministre de l’Education nationale l’a dit : les devoirs doivent être faits à l’école. Dans la mesure où officiellement, les devoirs à la maison sont interdits depuis 30 ans (mais les leçons autorisées…), nous nous sommes dits que ça prendrait peut être un peu de temps pour être mis en place. Car si pour certains enfants (chanceux parents !), la réalisation des devoirs et l’apprentissage des leçons (poésie, mots, tables de multiplication…) se fait de manière autonome, calme et sereine, pour d’autres c’est… compliqué. Existe-t-il des enfants heureux de faire leurs devoirs ? Oui ! Mais pour la majorité des enfants, et des parents, ce temps de la journée n’est pas une récompense et pour quelques uns, ça peut être un moment bien bien pénible. Comment les aider et éviter que ce moment ne devienne une foire d’empoigne qui vous laisse, vous, avec 22 de tension et lui ou elle en larmes ? L’ATELIER STABILO a rassemblé pour vous quelques conseils de psychologues, d’enseignants et de mamans !

1) On lui laisse le temps de décompresserportrait d'enfant souriant
Votre enfant, comme vous, a besoin de souffler en rentrant d’une longue journée de travail ! On ne donne donc pas le goûter sur le chemin pour gagner du temps ! Même si (et même surtout !) votre enfant est en difficulté, laissez-le prendre tranquillement son goûter, vous parler et par forcément vous parler de l’école et de ses notes. Laissez-le jouer, se reposer, dessiner, courir (s’il n’est pas 18h30). Il faut compter une bonne heure de repos (repos peut vouloir dire activité physique, il a besoin de décharger cette énergie contenue en classe !) avant de s’y mettre. On fixe avec lui une limite dans le temps pour le responsabiliser.

2) On fixe une heure pour s’y mettre (et on s’y tient)
Laissez-lui le choix entre deux ou trois choix d’heures bambina svegliatapour s’y mettre et responsabilisez-le : « c’est toi qui choisit mais quand il est l’heure, je t’appelle et tu fais tes devoirs sans négocier ! »

3) Laissez-le choisir par quoi commencer
Là encore, le but est de le responsabiliser et de ne pas le décourager : certains enfants vont souhaiter faire de suite ce qu’ils n’aiment pas trop, ou au contraire, faire d’abord ce qu’ils aiment. Ce sont eux qui décident (mais il faudra bien tout faire) !

4) Combien de temps ?
C’est vraiment une question de rythme de l’enfant mais il est essentiel de savoir que le temps de concentration d’un enfant de CP est d’un quart d’heure maximum (laissez-le souffler après ce temps là si vous n’avez pas fini) et de ¾ d’heure pour un étudiant ! Intégrer cette donnée (scientifique !) peut lui changer la vie lorsqu’il sera plus grand. Sans pause, au delà de ¾ d’heure d’apprentissage, le cerveau ne retient plus !

Plus d’une demie heure de devoirs en primaire et plus d’une heure en collège (tous les jours) c’est beaucoup. Peut être a-t-il du mal à apprendre (voir « aider sa mémoire ») ou a-t-il trop de devoirs et il faudra penser aborder le sujet avec les parents d’élèves…

5) L’aider jusqu’où ?j'aime pas les devoirs !
C’est à vous de doser mais évidemment, vous ne pouvez pas faire et apprendre à sa place… Si vous voyez qu’il peine, en revanche, vous pouvez lui proposer de l’aide : chercher les définitions dans le dictionnaire pendant qu’il fait son addition, découper les étiquettes qu’il va coller, etc… L’aider à faire son exposé ne mettra pas en péril sa scolarité non plus… Par contre, il est important que ce ne soit pas une corvée pour vous car votre enfant le ressentira et cela peut générer des conflits, justement.

Vous avez le sentiment qu’il n’a pas compris la leçon ? Restez zen (voir « je me prépare psychologiquement), expliquez-lui à nouveau en utilisant des mots simples, des méthodes nouvelles à glaner sur ce blog J. Quoiqu’il en soit IMPORTANT : il n’est pas de votre rôle d’ajouter des devoirs pour consolider des choses que vous considérez comme mal acquises… 

6) Faire autrement plutôt que faire plus
Votre rôle n’est pas de refaire la leçon ou de faire plus mais plutôt :

  • Lui faire découvrir d’autres façons d’apprendre (le mind mapping, les multiplications avec les doigts, …)
  • Savoir planifier ses actions avant de commencer
  • Savoir rechercher ses propres solutions
  • Vérifier son travail lorsqu’il a terminé
  • Lui apprendre à se connaître, à se débrouiller, à se dépasser
  • ET SURTOUT l’encourager, le féliciter !

Par exemple, aider sa mémoire
Pour bien apprendre et réviser, il est important de détecter comment fonctionne la mémoire de votre enfant. A l’école, l’enseignant doit prendre en compte la collectivité et les différences de chaque enfant. Il doit donc mettre en œuvre en même temps les capacités de mémoire visuelle (avec un dessin, une photo), de mémoire motrice (en faisant écrire) et de mémoire auditive (en expliquant la leçon, et en faisant répéter les enfants lors de la conclusion). Le problème ou la richesse de cette mémoire, c’est que chaque enfant ou adolescent est différent. Découvrez dans notre article « comment tirer parti de sa mémoire » comment savoir ce qui fonctionne avec votre enfant et les astuces pour apprendre en fonction de sa mémoire ou encore « apprendre ses premiers mots de dictée » sur notre blog.

S’il n’a pas de difficulté pour mémoriser, il faut s’assurer que la compréhension soit bien installée ! Posez-lui des questions pour vérifier que ce n’est pas QUE du par cœur…

Il a du mal à écrire, il a des crampes, …  Consultez de toute urgence notre article « apprendre à bien écrire »

Et l’ordi on peut ?  Ca n’est qu’une suggestion mais il existe des petits jeux (textes à trous, QCM) très bien faits qui vont simplifier la compréhension et la révision notamment au collège ! (et au lycée…). Et en général, allez savoir pourquoi, ça passe tout seul ces révisions en ligne !

7) Euh je n’ai pas du tout le temps…Sans-titre-1
Papa et maman travaillent, et travaillent tard. On ne culpabilise pas c’est ainsi. Il va falloir lui faire confiance : que ce soit à l’étude, avec sa

« nounou » ou seul à la maison quand il sera plus grand, car se mettre à faire les devoirs à 19h15 quand on est en CE2, c’est inutile d’y songer.
Par contre, vous pouvez prendre un petit temps pour lui poser des questions après dîner, sur ses devoirs, ce qu’il a fait et a du faire, s’il veut réviser avec vous un petit peu… Et le weekend, prenez une heure avec lui ou elle pour faire le point sur la semaine, ses méthodes de travail, anticiper un exposé ou un gros devoir, une interrogation, …

Je me prépare psychologiquement

Si on vous dit que certains enseignants ou grands pédagogues galèrent avec leurs propres enfants, ça vous rassure ? Un peu tout de même non ? Suivez bien nos conseils plus haut (notamment la pause !) puis préparez vous mentalement. Inutile de prendre du Prozac, il faut juste être et RESTER CALME… votre stress, votre fatigue de la journée, votre envie de finir vite, vos angoisses sur son avenir, ses notes, sa réussite, il ou elle RESSENT tout. Et c’est là que ça part en conflit…

  • S’il n’a pas compris, on ne s’énerve surtout pas. Ce n’est pas de sa faute et surtout pas de la vôtre (parfois, souvent, c’est le sentiment qu’on a…). On lui explique (si on y arrive ! sinon on en parle à l’enseignant) : soyez simple et concret. Par exemple, expliquer des fractions avec un gâteau, des soustractions avec des bonbons, des mesures dans la cuisine avec votre verre mesureur ou des produits alimentaires… vous y avez pensé ?
  • Il rechigne, chouine, s’énerve. A vous de rester calme… ne hurlez pas, ne menacez pas mais restez ferme. Plus il fera sa « tête de lard » plus ce sera long… Autant faire preuve de bonne volonté…
  • Il s’agite, veut aller boire, faire pipi, manger. 10 minutes se sont écoulées ? Laissez-le faire une pause. Sinon, on finit ce qu’on a commencé et ensuite on va boire. On n’est pas en classe mais tout de même… il doit tenir 10 mn concentré sur ses devoirs.
  • S’il sait sa leçon à la maison, il est peut-être nécessaire de lui rappeler que le but est de savoir le jour J : « Bravo, demain, tu pourras réussir de la même manière ! »
  • S’il se trompe, on l’encourage (et non, on ne hurle pas) : « C’est bien que tu fasses la faute avec moi, on corrige ensemble, demain, tu auras tout juste ».
  • Il est important de s’intéresser à la faute : « Pourquoi écris-tu ceci ? » (sans « aboyer » :-)). L’enfant est souvent « logique » dans son erreur et cela permet de mettre le doigt sur des incompréhensions.

Source : Ludodago